Lino – album Solo

IMG_0471L’idée de l’album a commencé à faire son chemin lors de la création du concert. En abordant les limites corporelles du solo, je sentais ce que le disque pourrait ouvrir comme espace sonore.
L’enregistrement est l’endroit de la production, un travail de fabrication que l’on peut modeler, enrichir, et sur lequel on peut revenir maintes fois.
Utiliser les possibilités qu’offre la réalisation d’un disque, c’est se donner la liberté de faire cohabiter simultanément plusieurs voix et instruments, de faire du montage numérique et mélanger ainsi des prises différentes. C’est prendre des options de mixage et de mise en espace des sons, faire apparaître au premier plan des instruments de faible volume sonore, et se permettre des combinaisons de jeu impossibles à faire en concert.
L’enjeu de ce disque était d’enrichir, sans dénaturer l’esprit des pièces telles qu’elles sont jouées en concert, une musique à écouter plus posément, “à la maison” ou au casque.
Jean-Philippe Dupont, qui connait mon travail depuis plusieurs années, a enregistré les prises de batterie au Centre Chorégraphique National d’Orléans, les autres prises ont été faites par moi, chez moi.
Avec Ulrich Edhor, ami batteur et producteur, nous avons mixé et masterisé dans son studio (DaTown) à Marseille.